Des présumés Kamwina Nsapu à Kinshasa

Les attaques commises à Kinshasa depuis le mois de mai sont attribuées aux « criminels » recrutés à Kinshasa, au siège de l’UDPS, dans un réseau du mouvement Kamwina Nsapu et instrumentalisés par certains politiciens, selon le porte-parole de la Police nationale congolaise qui les a présentés vendredi 28 juillet 2017, au Commissariat général de la police.   
L’évènement s’est déroulé en présence de plusieurs autorités à l’instar du Vice-premier ministre chargé de l’Intérieur et Sécurité, du ministre de la Justice et Droits humains ainsi que des officiers de la PNC.
Parmi la cinquantaine de noms cités par le colonel Mwanamputu, 15 « assaillants » étaient présentés, parmi lesquels Ben Tshimanga, combattant de l’UDPS et étudiant en 2ème graduat en technique de laboratoire à l’ISTM qui a plusieurs griefs à sa charge. Il est le SGA de l’Union des Jeunes étudiants pour l’Avenir du Congo-Kinshasa (UJAC/K) et aurait été recruté au sein du « réseau terroriste » le 14 mai 2017 au siège de l’UDPS par un certain « Prince Kalebe » assisté d’Enock Mbuyi, a déclaré le porte-parole de la police.
Recherché depuis lors, il a été arrêté le 20 juillet au Home 10 de l’UNIKIN. En dépit de cela, il aurait participé à la réunion préparatoire de l’attaque de la prison centrale de Makala, le 16 mai 2017 à la résidence de Kabangu Kazadi Shambuyi à Lingwala, la veille de l’acte proprement dit.
Selon le colonel Mwanamputu, quelques politiciens ont soutenu Tshimanga Tshimanga Ben, Mukadi Mutombo Christien.
A l’en croire, toutes les attaques menées à Kinshasa contre les sites stratégiques et symboles de l’Etat, notamment la prison centrale de Makala, le marché central de Kinshasa,  ainsi que la maison communale de Kalamu sont le fait d’une unique inspiration d’un mouvement terroriste se réclamant Kamwina Nsapu, et non par les adeptes de Bundu Dia Kongo.
« Ne Muanda Nsemi, leader de Bundi Dia Kongo en a tiré profit pour s’évader de cette prison, le 17 mai 2017. Et avant d’être libéré, il a également subi le rituel de Kamwina Nsapu, en passant entre les jambes de l’un des assaillants », a-t-il révélé.
Cependant, certains assaillants n’ont pu être présentés puisque certains sont soit morts, soit en cavale ou hospitalisés.
Le bilan officiel des attaques à la prison centrale de Makala le 17 mai est de 11 morts dont 3 policiers et 8 assaillants, 4 782 prisonniers évadés et plusieurs camions incendiés. Le 14 juillet 2017 au Grand marché, 2 morts dont l’administratrice du marché et un policier.
La PNC promet qu’il poursuit les investigations et qu’elle est déterminée à démanteler ce réseau à Kinshasa et à travers toute l’étendue de la RDC en générale.
Le colonel Mwanamputu indique que toute personne qui donnerait la bonne information ou ramerait jusqu’au service de l’ordre un « terroriste » bénéficiera de 2.000 dollars.  Mais, pour Ali Mputu Nkongolo, l’idole fétichiste, ce montant est évalué à 5.000 dollars. Le double sera accordé à celui qui dénoncera Mr. Prince, soit 10.000 USD.

Judith Asina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat