SONDAGE LES POINTS du mois de février: le duo Bongongo et Lumeya se maintient

Bongongo de la Fonction publique, Lumeya des Affaires foncières suivi de Ramazani Shadari de l’Intérieur et Shé Okitundu des Affaires étrangères puis Kokonyangi de l’Urbanisme et Habitat. Voici le quinté gagnant du gouvernement Tshibala. C’est l’effet des événements ayant marqué le mois de février 2018 tels que le test de recrutement des jeunes dans l’administration publique, la suite des reformes foncières, des actions au ministre de l’Intérieur malgré le départ de son titulaire du gouvernement, la diplomatie et la tournée asiatique du ministre de l’urbanisme et habitat.

Michel Bongongo, ministre de la Fonction publique se maintient à la première place et connaît un accroissement de côtes de 2% par rapport au mois de janvier 2018. Son action continue à séduire les Kinois.
83% des personnes interrogées reconnaissent en lui la poursuite du processus du recrutement de 1000 jeunes dans l’administration publique, une initiative du gouvernement de la République, soutenue financièrement par la Banque mondiale et pilotée par le Programme de la Réforme et du Rajeunissement et de l’Administration Publique(PPRAP), une structure sous tutelle du Ministère de la Fonction Publique.

Grâce à la discipline imposée par l’actuel patron de la Fonction publique, le recrutement se déroule en toute transparence, ce qui convainc les candidats quant au sérieux qui caractérise cette opération.

Dans un contexte marqué par une crise politique due à la non-organisation des élections à cause du manque des moyens financiers, l’apport de chaque ministère dans la mobilisation des recettes est nécessaire et même exigé. A cet effet, le Ministre des Affaires Foncières, Lumeya Dhu Malegi, classé deuxième, semble mettre d’accord bon nombre de Congolais par la contribution remarquable de son secteur au Trésor public.

Soucieux d’atteindre le seuil des recettes fixées, il a donné des instructions claires à ses services qui ont visiblement gagné leur pari suite au climat social apaisé instauré dans son secteur. Ce, grâce à une répartition équitable des rétrocessions à la satisfaction générale des agents et cadres du Secrétariat général.
Pour 68% des personnes sondées (soit un accoisement de 1%) qui l’ont classé à la deuxième place des « ministres les plus appréciés », Lumeya Dhu Malegi a remis de l’ordre aux Affaires foncières. Elles relèvent également l’enrichissement et la sécurisation du domaine des réserves foncières après une lutte acharnée menée contre l’anarchie qui conduisait les Chefs de terres à vendre des parcelles au premier venu sans recourir aux services fonciers.

De son côté le ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari, bien que ne faisant plus partie du gouvernement, y a laissé des empruntes indélébiles au cours de ses 14 mois passés aux affaires notamment, la pacification du grand Kasaï, la formation de la police et la résolution pacifique du conflit datant de près d’une décennie entre pygmées et bantous dans le Tanganyika grâce à son approche pacifique axée sur le dialogue.

En février 2018, le Ministre de l’Intérieur a convaincu près de 66% des congolais qui estiment fructueux ses déplacements à l’intérieur du pays où il s’est rendu avec certains de ses conseillers, pour former de nouveaux administrateurs de territoires récemment nommés par le Chef de l’Etat. On note également que le désormais ex-patron de l’Intérieur et Sécurité et le dorénavant Secrétaire Permanent du PPRD a réussi à maitriser la situation sécuritaire dans la ville de Kinshasa, laquelle a enregistré moins d’attaques des délinquants urbains appelés Kuluna. Il pointe à la troisième marche du baromètredu gouvernement.

La quatrième place de ce top 10 mensuel est occupée par le Vice-premier ministre, Ministre des Affaires étrangères qui obtient 65%. Léonard SheOkitundu a poursuivi son offensive diplomatique durant le mois de février et a notamment été un des acteurs principaux de la consolidation des relations diplomatiques entre la République démocratique du Congo et la quasi-totalité de ses voisins.
Pour cimenter ces relations, le Chef de la diplomatie congolaise a accompagné le Chef de l’Etat lors de son déplacement en Zambie et, il a été en vedette lors de l’arrivée à Kinshasa de Présidents angolais, congolais et gabonais.

Au mois de février 2018, le Ministre de l’Urbanisme et Habitat, Joseph Kokonyangi a fait parler de lui positivement grâce au lobbying gagnant mené au 9ème sommet mondial urbain tenu à Kuala-Lumpur en Malaisie où il a représenté valablement la RDC.
Pour 64 % des personnes sondées, cette mission réussie prouve que le Secrétaire général adjoint de la Majorité Présidentielle est aussi efficace à l’extérieur du pays qu’à l’intérieur où il ne rate pas une seule occasion de rappeler à l’ordre ceux qu’il considère comme des « ennemis de la patrie ».

Durant son séjour en Asie, il a pris des contacts importants qui devront dans les prochains jours, contribuer à l’amélioration de son secteur avec entre autres, l’arrivée des nombreux investisseurs. Le but poursuivi est d’améliorer davantage l’habitat du congolais en construisant des logements sociaux à moindre coût pour désengorger les villes et cités existantes. L’autre mesure appréciée par la population est l’interdiction de construction des immeubles dépassant plus des trois niveaux pour préserver l’intimité des voisins dans les quartiers résidentiels. Il gagne une place au baromètre Les Points, passant de la sixième à la cinquième place.
Pour sa part, le Vice-premier ministre en charge des Transports et Voies de Communication, José Makila a lui aussi été actif. Ce qui a motivé 62% des sondés à le hisser à la 6ème place. On note qu’il a accompagné à plusieurs reprises le Chef de l’Etat notamment à Matadi dans le Kongo Central où il s’était rendu pour inaugurer le nouveau bâtiment du Gouvernorat. Il a également été présent en Zambie et n’a pas raté l’occasion de prendre langue avec des potentiels partenaires du gouvernement congolais dans son secteur.
De son côté, le ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction a été à pied d’œuvre dans la réhabilitation de certaines routes à Kinshasa. Cependant, ce qui a attiré le plus de monde, c’est l’annonce des travaux de réhabilitation des routes de l’Ex-province de l’Equateur. Pour 54% des congolais sondés, Thomas Luhaka s’active pour améliorer l’état des routes et fait partie des ministres jugés plus entreprenants. Dans la capitale, l’on apprécie l’avancée des travaux de réhabilitation de la route Mokali, située dans le district de la Tshangu.
Grâce à la rapidité avec laquelle le gouvernement a stoppé la propagation de l’épidémie de choléra à Kinshasa, le ministre de la Santé, Oli Ilunga signe son retour dans ce baromètre. Pour 52% des personnes sondées, cet ancien cadre de l’UDPS a capitalisé l’aide des partenaires du gouvernement congolais dans le domaine de la santé et, a fait montre d’un pragmatisme qui manque à bon nombre des membres du Gouvernement.
Au bas du classement se trouvent les ministres de la Justice, Alexis Tambwe Mwamba et sa collègue des Droits Humains, Marie-Ange Mushobekwa avec respectivement 51% et 50% d’opinions favorables. Le ministre de la Justice s’est attiré l’admiration de l’opinion par la guerre qu’il a lancée et qu’il poursuit contre les faux magistrats et, surtout en signant l’arrêté portant libération d’une dizaine de prisonniers politiques dont l’ancien directeur de cabinet de Moise Katumbi, Prof Huit Mulongo.
Pour bon nombre des congolais, la ministre des Droits humains reste sur la bonne voix en ce sens qu’elle suit de près, les dossiers des enquêtes sur les manifestations de décembre et de janvier derniers et, ne cesse de rassurer quant à la détermination du gouvernement de réprimer les auteurs de violations de droits de l’homme.
Sondage Les Points

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat