Marche du 25 février: Un pasteur évoque le caractère saint de l’église sensée prêcher l’amour et la paix

Des réactions affluent après les marches pacifiques organisées par le Comité laïc de coordination de l’église catholique de la RDC le 25 février 2018 à Kinshasa et dans certaines villes du pays. Pour l’ambassadeur de la RDC au Soudan du Sud et révérend pasteur René Ilume Tembele, ces manifestations ont connu un flop car les chrétiens ne peuvent pas se rebeller contre les autorités établies par Dieu.

Selon ce diplomate congolais et serviteur de Dieu, le président de la République Joseph Kabila, à qui reviennent tous les mérites, a su mettre toutes les batteries en marche pour que la journée du dimanche 25 février soit une journée ordinaire, sans violence et troubles à l’ordre public. René Ilume met en exergue le fait que dimanche est le premier jour de la semaine, le jour où Dieu a commencé la création avec la séparation de la lumière des ténèbres, avant de prendre son repos le samedi. « C’est le dimanche que Jésus Christ était ressuscité des morts. De ce fait, il n’est plus question pour qui que ce soit d’organiser quelque chose qui symboliserait les ténèbres que Christ est venu séparer de la lumière, surtout pas une église prétendument chrétienne. On ne peut pas assombrir une journée comme celle-ci si vraiment l’on croit en Jésus Christ. C’est une journée de lumière, où l’on ne peut mener que de bonnes actions, des actions d’amour et non de haine, des actions de paix et non de violence », fait-t-il remarquer.
« Et les marches ont eu pour point de départ, des églises, c’est-à-dire, des lieux saints. Ce qui est en contradiction totale avec la mission même confiée à cette église, et dénote d’une insoumission aux autorités. L’église, lieu de culte, doit symboliser une sorte de centre d’excellence où l’on ne peut cultiver que l’amour et la paix, et non la haine et la violence. Si nos frères catholiques comprennent cela, ce sera pour honorer le nom de notre Seigneur et sauveur Jésus Christ », souligne René Ilume.
Et il adresse ses prières et félicitations au président Joseph Kabila pour la sagesse dont il a fait montre, lui qui est le premier responsable des conséquences positives ou négatives de ces marches. « Que Dieu lui ajoute la sagesse exceptionnelle dans la gestion des affaires de l’Etat », dit-il. Ce serviteur de Dieu félicite aussi les chrétiens de manière générale, catholiques en particulier, eux qui sont devenus mûrs, sachant ce à quoi ils se sont engagés, c’est-à-dire, accepter Jésus Christ dans l’unique but d’hériter le royaume de Dieu. Car la parole divine déclare : ‘cherchez d’abord le royaume des cieux, et le reste vous sera donné de surcroit’. « Ils ont donc compris qu’ils doivent avant tout sauver leurs âmes et que le salut est individuel, car aucune église ne sauve, seule la foi en Christ sauve », soutient René Ilumé qui adresse enfin adressé ses félicitations à la population congolaise, kinoise à particulier -qui a vaqué librement à ses occupations le dimanche 25 février 2018- pour sa maturité, et son attachement aux valeurs républicaines, c’est un atout important dans la marche d’un pays vers son développement, son épanouissement, son progrès. « La foi en RDC a grandi, les Congolais ne sont plus des bébés spirituels, des suiveurs aveugles, des moutons de Panurge. Ils sont devenus des hommes mûrs, responsables, sachant à quoi ils s’engagent, qui connaissent leurs droits et devoirs vis-à-vis de Dieu et de la nation », constate-t-il.
L’ambassadeur Ilumé dit son soutien à l’appel du pape François 1er de prier pour la paix en RDC et au Sud. « Nous encourageons toutes les initiatives tendant à consolider l’amour et la paix en Afrique et dans le monde. Aussi soutenons-nous l’appel du Pape. Nous lançons un appel au clergé catholique de la RDC d’emboiter le pas, et ne pas émettre un son différent de celui du pape, les évêques catholiques congolais devraient mettre tout en œuvre pour la paix en RDC. Le Christ a dit : ‘tant que cela dépend de vous, rechercher la paix avec tous’ ».

Le chrétien et la soumission aux autorités…
Il rappelle un passage de l’épitre de Pierre, premier pape selon les catholiques : « Nous sommes des voyageurs et nous devons nous abstenir des convoitises charnelles, et nous devons nous soumettre aux autorités par motif de conscience, parce que celles-ci sont établies par Dieu ». Dans l’épitre de Paul aux Romains (chapitre 13), il est écrit que celui qui s’oppose aux autorités, s’oppose à l’ordre établi par Dieu. « Les chrétiens doivent faire très attention. La soumission aux autorités est donc un commandement. Et la solution à nos problèmes ne peut venir que Dieu, c’est lui le Tout Puissant, pas d’un homme », alerte le serviteur de Dieu, martelant que le chrétien est caractérisé par les fruits de l’esprit que sont l’amour, la joie, la paix, la patience, la fidélité à Jésus Christ, la tempérance, la douceur, etc., et lorsque l’on a les neufs fruits de l’esprit, l’on ne peut pas se livrer à des actes de vandalisme, des marches, des pillages, des rebellions, etc.
« Si la hiérarchie de l’Eglise catholique persiste dans cette voie, nous serons tenté de considérer qu’il y a tendance vers l’émergence de l’antichrist qui vient pour changer la loi, de croire ce que Matthieu chapitre 24, verset 16 parle : l’abomination de la désolation établie en lieu saint. Dans un lieu saint comme l’église, on ne peut prêcher que l’amour, la paix, en suivant l’exemple ou la recommandation de notre maitre, Jésus Christ, un chrétien est le représentant de Jésus Christ sur la terre », affirme-t-il.
Selon René Ilume, l’église, en tant que lieu saint, ne devrait pas s’associer avec des partis politiques ou d’autres regroupements à caractère politico-social comme le Comité laïc de coordination (CLC). « Nous interpellons et invitons la haute hiérarchie de l’église catholique de faire attention à ce qu’elle fait, car les païens nous regardent et nous jugent et ils vont déshonorer le nom de Jésus Christ à cause de ces actes, à moins que l’église catholique ne serve un autre maitre que Jésus Christ ». Et le diplomate et révérend pasteur attire l’attention sur le fait que le Christ frappe et il peut punir un individu, une famille ou toute une nation à cause de l’iniquité des pères ou des enfants. « Dieu frappe par la famine, les épidémies ou la guerre (l’épée). Dieu existe réellement et nous devons en tenir compte. Les solutions sont donc auprès de Jésus Christ », signifie-t-il.
Et il conclut avec ses propos en ces termes : « Nous devons être reconnaissant au président Joseph Kabila. Tenez, depuis les élections de 1960, il a fallu attendre 2006 sous Joseph Kabila pour la tenue des deuxièmes élections démocratiques. Il est un instrument que Dieu a choisi pour la réunification de la RDC qui était quasi morcelée, et reconstruire un pays qui a été détruit pendant 32 ans prend du temps. Mais l’on voit ses réalisations, et il aurait fait plus, n’eût été les actions malveillantes de certains acteurs nationaux et internationaux ».
ME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat