Marche du 31 décembre : la CENCO exige une enquête sérieuse et objective

Dans un communiqué signé par son président et vice-président, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) condamne le recours à la violence des agents de l’ordre et rappelle que l’unique voie pacifique de sortie de cette crise est la mise en œuvre intégrale et complète de l’Accord de la Saint Sylvestre.

Mise au point et indignation de la CENCO relatives à la marche du 31 décembre 2017 organisée par le Comité Laïc de Coordination de
L’archidiocèse de Kinshasa
1. L’annonce de la marche du 31 décembre 2017 par le Comité Laïc de Coordination (CLC) de l’Archidiocèse de Kinshasa, a suscité dans
certains médias une campagne d’intoxication visant à semer la division au sein de l’Episcopat. Les propos de certains évêques membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) et du Nonce Apostolique ont été délibérément déformés leur faisant dire d’avoir condamné l’initiative de cette marche à Kinshasa et dans certains diocèses. Ce qui n’est pas vrai. En vérité, les diocèses qui n’ont pas relayé cette marche ne l’ont pas pour autant désapprouvée.
2. La CENCO dénonce vigoureusement cette pratique d’instrumentalisation et cette manœuvre de diviser l’Episcopat. Elle
rassure l’opinion que les évêques de l’Eglise famille de Dieu en RDC
restent solidairement unis en ce moment difficile que traverse notre
pays.
3. A propos de la dite marche, la CENCO est profondément choquée par les actes ignobles qui s’en sont suivis. Elle déplore l’atteinte à la
vie humaine et présente ses condoléances aux familles des victimes
innocentes. Elle condamne l’atteinte à la liberté de culte garantie
dans tout Etat démocratique, la profanation de certaines églises et
l’agression physique des fidèles dont les servants de messe et les
Prêtres.
4. La CENCO condamne avec la dernière énergie le recours à la
violence par certains agents de l’ordre, violence non justifiée qui a
occasionné la mort d’hommes. Nous le rappelons, la vie humaine a un caractère sacré et inviolable. Aussi, la CENCO demande-t-elle une
enquête sérieuse et objective pour établir les responsabilités sur les
pertes en vie humaine et les agressions physiques.
5. La CENCO saisit cette occasion pour rappeler à tous les
compatriotes que l’unique voie pacifique de sortie de cette crise
artificielle c’est la mise en œuvre intégrale et complète de l’Accord
de la Saint-Sylvestre qui, en dépit des graves entorses subies, demeure d’actualité.
Fait à Kinshasa, le 02 janvier 2017
Fridolin Ambongo Besungu
Archevêque de Mbandaka
Vice-Président de la CENCO

Marcel Utembi Tapa
Archevêque de Kisangani
Président de la CENCO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat