Paul Balenza met « Divine assurance » sur le marché de la chanson

En présence de plusieurs invités, Paul Balenza a procédé, le jeudi 26 avril 2018 dans la salle polyvalente du complexe scolaire Cardinal Monsengwo, au lancement officiel de son album « Divine Assurance ». Parmi les convives à cette cérémonie, il y a eu les artistes musiciens de la musique dite profane et du gospel, et les prêtres catholiques. L’aumônier des artistes musiciens de l’Archidiocèse de Kinshasa, l’Abbé Jean Marie Khonde, a pris la parole, d’abord en priant Dieu pour la bonne consommation de l’oeuvre.

Il sera suivi de Hubert Matamona, artiste et confident de Paul Balenza qui a présenté un bref aperçu sur l’artiste en relevant notamment qu’il a assisté aux cérémonie commémoratives de 10, 20 et 25 ans de carrière artistiques de Paul Balenza. « J’ai présidé le comité de coordination des 30 ans de sa carrière », a-t-il dit. Il est au sommet de la musique chrétienne, catholique en particulier. Paul Balenza s’est exprimé en ces termes : « J’ai une grande joie de vous présenter. La dernière fois que j’ai sorti un album, c’était en 2011 avec l’album ‘Christ Eucharistie’ réalisé en collaboration avec l’abbé Charles Kombe. Mais ce n’est pas parce que j’ai manqué d’inspiration, mais cela fait suite à la crise généralisée et au manque de producteurs». « Division Assurance » dont les clips seront réalisés dans les prochains jours contient des innovations. Paul Balenza y a chanté en plusieurs langues, et les membres de son groupe Vie Nouvelle en Christ se sont abondamment exprimés et il a introduit les instruments à vent. L’album, a précisé le chantre, est disponible en 2 volumes, le premier composé de 10 nouveaux titres et le second, une compilation de ses anciennes chansons. Et il a fixé les esprits : « Je serai dix fois plus riche que si je quittais mon église. Mais ce que je vise, ce n’est pas l’argent, mais que les gens viennent au Seigneur ».
Paul Balenza a créé en 2014 une Ong qui appuie les enfants défavorisés en bénéficiant d’un apprentissage en musique. Et les revenus que vont générer la vente de l’album, a assuré le chantre, serviront à soutenir l’Ong.
Présent à la cérémonie, la star de la chanson Nyoka Longo qui est un de ses proches a déploré le fait que les catholiques n’achètent pas les œuvres de Paul Balenza. Aussi a-t-il interpellé les responsables de l’Eglise pour faire la promotion de l’album. Paul Balenza s’est dit pas du tout complexé, toute musique qui n’est pas gospel n’est pas forcement satanique. La musique profane, a-t-il soutenu, c’est celle qui désacralise la personne. « Si nous mourrons pauvres, c’est parce que nous sommes incapables de vaincre la piraterie », a-t-il déclaré.
C’est après ces interventions que les prêtres présents dans la salle ont procédé à la bénédiction des supports de l’album, invitant ceux qui ont pris part à la cérémonie de s’en procurer.

Astrid Bunga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat