Présidentielle : voici le profil du candidat de l’UREP

A presque huit mois de la tenue des élections présidentielle et législatives nationale et provinciale, prévues le 23 décembre 2018, les plates-formes politiques se multiplient en République Démocratique du Congo (RDC). La dernière-née se nomme Unis pour la République (UREP). Composée de plusieurs partis politiques et associations, l’UREP promet de soutenir un candidat à la prochaine présidentielle.

La date du 20 avril 2018 sera retenue comme celle qui a vu naître la plate-forme Unis pour la République (UREP) au Centre de rééducation physique, dans la commune de la Gombe. Pour Charles Bofassa Djema, son initiateur, le choix de ce lieu est symbolique. « Nous avons fait le choix de ce site, pour plus d’une raison. Ce centre est une véritable unité de production ; un modèle d’auto-prise en charge en ce qu’il s’auto-entretient à tous égards et de façon exemplaire », a-t-il fait savoir.
La Charte de ce regroupement, a expliqué Charles Bofassa Djema, « est un tremplin populaire pour le lancement d’un programme ambitieux et pragmatique ; un programme de conquête, de l’organisation et de l’exercice du pouvoir-service, en vue de la transformation de la RDC et de sa mise en valeur pour la réalisation de son destin continental ». Ce document (Charte) est le fruit d’un diagnostic exhaustif fait par l’UREP, au chevet d’une malade agonisante nommée la RDC. Et pour la guérir, la plate-forme fait appel aux médecins patriotes volontaires et bénévoles, où qu’ils se trouvent, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national.

Objectifs de la plate-forme
Qu’est-ce qui a motivé la création de ce regroupement politique ? Réponse de Charles Bofassa, son initiateur : « L’objectif de l’UREP est de réunir les dignes filles et fils de la RDC pour la sauvegarde de son unité et de son intégrité ». Pour réaliser ces objectifs, ce regroupement politique affiche ses ambitions: faire élire son candidat à la prochaine élection présidentielle ; gagner la majorité à l’Assemblée nationale, au Sénat, aux Assemblées provinciales et aux autres assemblées délibérantes en vue de former les gouvernements provinciaux et locaux, afin de mettre en œuvre le programme commun de gestion du pays ; mettre en place, après la victoire électorale, un gouvernement représentatif des forces membres de la plateforme, chacune selon son poids électoral et sa contribution politique, sans préjudice de la représentativité nationale et promouvoir un nouveau leadership basé sur l’excellence, l’expertise, le mérite en intégrant l’homme, la femme ainsi que la jeunesse, afin de faire bénéficier au pays le maximum des compétences disponibles en son sein.

Portrait-robot du candidat
Déterminée à diriger la RDC après la présidentielle du 23 décembre prochain, l’UREP a dressé le portrait-robot du candidat qu’elle soutiendra. Il (candidat) devrait avoir une expérience avérée en politique interne et extérieure, c’est-à-dire, avoir exercé les plus hautes fonctions exécutives de l’Etat et être en bonne relation avec le monde extérieur ; il doit être un homme de dialogue et rassembleur ; il doit maîtriser les enjeux et défis auxquels fait face la République ; il doit être capable de défendre les intérêts du peuple congolais contre toute force extérieure et, enfin, il doit être capable de faire gagner les candidats députés de la plate-forme à tous les échelons.
Pour Charles Bofassa, « l’objectif de l’UREP est non seulement de porter ensemble une vision plus ambitieuse pour la RDC, mais aussi de trouver un oiseau rare qui conduira avec nous le projet de ladite vision ». Déjà, il nous revient d’apprendre que les idées politiques défendues par l’Université Populaire (UNIPOP) ne sont pas loin de celles inscrites dans la Charte de l’UREP. Une union UREP – UNIPOP est même envisagée. Et si Adolphe Muzito était cet oiseau rare rechercher par l’UREP pour porter son projet de société ?

Comment et avec qui gagner ?
Conscient qu’aucune force politique ne peut gagner les élections seule en RDC, l’initiateur de l’UREP a indiqué que son regroupement politique est en contact avec plusieurs partis politiques, notamment le Parti Lumumbiste Unifié (PALU), et avec certaines forces sociales. « Pour relever les défis ci-haut, l’UREP s’inscrit dans la perspective de la mise en place d’une plate-forme plus large, en prenant contact avec plusieurs forces sociales et politiques dont le Parti Lumumbiste Unifié (PALU) », a affirmé Charles Bofassa.
Par ailleurs, il a indiqué que son regroupement est aussi en pourparlers avec des forces sociales qui ont pignon sur rue en RDC. «Nous sommes en contact avec l’Université Populaire, une initiative citoyenne de l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, qui consiste à placer le peuple au cœur de la gestion de la cité », a révélé Charles Bofassa Djema. Et d’ajouter : « Nous discutons également avec les églises, syndicats patronaux et de travailleurs, pour leur vendre notre projet et élargir notre base sociale et politique ».
Ce n’est pas tout. Pour ratisser large, l’UREP compte nouer des contacts avec d’autres partis et/ou regroupements politiques qui partagent la même vision politique que la sienne. A ce sujet, apprend-t-on des sources sûres, des contacts devraient être noués dans les prochains jours entre les responsables du MLC, de l’UNC… et ceux de l’UREP.

CN


Mot de circonstance de Charles Bofassa Djema, président de l’UREP

Honorables,
Excellences,
Mesdames et Messieurs de la Presse,
Chers Compatriotes,

Votre présence nombreuse parmi nous en ce vendredi 20 Avril 2018 nous honore. Nous vous en remercions vivement. Nous avons un important message. Et pour le délivrer, nous avons choisi ce lieu, le centre de rééducation physique. Un lieu certes modeste, mais combien emblématique.

Nous avons fait le choix de ce site, pour plus d’une raison. Ce centre est une véritable unité de production. Par ailleurs, un modèle d’auto-prise en charge en ce qu’il s’auto-entretient à tous égards et de façon exemplaire !

Et recourir à ses services, comme le fait l’URép, est à la fois une manifestation de solidarité nationale et expression de volonté de promouvoir de l’effort productif national, autre symbole d’augmentation réelle de la production nationale et de croissance économique inclusive.

En vérité, l’événement du jour sous-tend la sortie officielle d’un regroupement politique et électoral pour la défense de l’Unité de la République Démocratique du Congo, dénommé « Unis pour la République », URép, en sigle.

Sa charte du 10 mars 2018, est un tremplin populaire pour le lancement d’un programme ambitieux et pragmatique. Un programme de conquête, de l’organisation et de l’exercice du pouvoir-service, en vue de la transformation de la RD Congo et de sa mise en valeur pour la réalisation de son destin continental.

L’URép a fait un diagnostic exhaustif, au chevet d’un malade agonisant, la RDC, pour conjurer l’équipe de ses médecins patriotes volontaires et bénévoles, où qu’ils se trouvent, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire national, à sauver la patrie en danger.

Honorables,
Excellences,
Mesdames et Messieurs de la Presse,
Chers Compatriotes,

La patrie est en danger, parce que :
 Sur le plan institutionnel
Si le Régionalisme Constitutionnel a connu un début tumultueux, la Décentralisation quant à elle, peine encore à prendre un décollage comme prévu par la Constitution de la République.

Les mécanismes de la rétrocession, la caisse nationale de péréquation, et le pouvoir exclusif des provinces, n’ont jamais été mis en œuvre par le pouvoir central, selon le prescrit constitutionnel au profit des provinces et des ETD. Nos provinces sont aujourd’hui en état d’abandon total. Les autorités provinciales accumulent les arriérés des salaires et des émoluments. La Constitution est violée chaque jour.

 Sur le plan sécuritaire
La partie Est de la RDC, fait l’objet de convoitise des forces négatives, qui font payer à nos compatriotes le prix le plus lourd. Ce qui met à mal l’intégrité de la République. Les mouvements migratoires des hommes et des bétails dans l’Est et au Nord-Est de la République, constituent une source d’insécurité économique, sociale et territoriale.
La densité dans l’Est du pays, les conflits de terres et les guerres constituent des sérieux problèmes, auxquels font face les populations de l’Est, qui déstabilisent la Nation. A ce propos, la nation et sa sécurité en danger, nous imposent de politiques publiques nouvelles.

 Sur le plan économique
Le niveau de revenu par habitant en RDC est en dessous du seuil de pauvreté. Cette pauvreté et la grande misère qui frappent de plein fouet notre peuple l’expose à l’implosion.
Avec un taux de croissance moyen de 3,5 % des populations, le chômage augmente au jour le jour dans notre pays et expose la jeunesse au banditisme urbain et à la violence dans les milieux ruraux.
Le défi des infrastructures tant énergétique que routière constitue le goulot d’étranglement pour le décollage de notre économie.

Honorables,
Excellences,
Mesdames et Messieurs de la Presse,
Chers Compatriotes,
L’objectif de l’URép est de réunir les dignes filles et fils de la RDC, pour la sauvegarde de son unité et de son intégrité en focalisant nos objectifs sur :
– La détermination à faire élire le candidat de « URép » à la prochaine élection présidentielle ;
– La détermination à gagner la majorité à l’Assemblée nationale, au Sénat, aux Assemblées provinciales et aux autres assemblées délibérantes en vue de former les gouvernements provinciaux et locaux, afin de mettre en œuvre le programme commun de gouvernement ;
– La mise en place, après la victoire électorale, d’un gouvernement représentatif des forces membres de la plateforme, chacune selon son poids électoral et sa contribution politique, sans préjudice de la représentativité nationale ;
– La promotion d’un nouveau leadership basé sur l’excellence, l’expertise, le mérite en intégrant l’homme, la femme ainsi que la jeunesse, afin de faire bénéficier au pays le maximum des compétences disponibles en son sein.
Pour relever les défis ci-haut, l’URép s’inscrit dans la perspective de la mise en place d’une plate-forme plus large, en prenant contact avec plusieurs forces sociales et politiques dont le Parti Lumubiste Unifié (PALU).
Quant aux forces sociales, nous sommes en contact avec l’UNIVERSITE POPULAIRE, une initiative citoyenne de l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, qui consiste à placer le peuple au cœur de la gestion de la cité.
Nous discutons également avec les églises, syndicats patronaux et de travailleurs, pour leur vendre notre projet et élargir notre base sociale et politique.
Notre objectif, est non seulement de porter ensemble une vision plus ambitieuse pour la RDC, mais aussi de trouver un oiseau rare qui conduira avec nous le projet de ladite vision.
Pour ce faire, notre candidat à la présidentielle devra répondre au profil suivant :
– Avoir une Expérience avérée en politique interne et extérieure, c’est-à-dire, avoir exercé les plus hautes fonctions exécutives de l’Etat et être en bonne relation avec le monde extérieur ;
– Etre un Homme de dialogue et rassembleur ;
– Maîtriser les enjeux et défis auxquels fait face la République ;
– Etre capable de défendre les intérêts du peuple congolais contre toute force extérieure ;
– Faire gagner nos candidats députés à tous les échelons.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat