LUMBI INDESIRABLE A LA TETE DE CNSA : Joseph Kabila peut-il imiter l’extraordinaire exemple de Dieu ?

Le chapitre VI de l’Accord du 31 décembre 2016 traite du mécanisme du suivi dudit accord et du processus électoral. Il a été coulé en résolution 2348 du Conseil de Sécurité de l’ONU, fin mars 2017.

Selon son article IV 2.1,3, l’institution ad hoc dénommée « Le Conseil National du Suivi de l’Accord », CNSA en sigle, a pour triple mission de « veiller au respect de l’accord politique par tous les animateurs des Institutions, d’assurer le suivi et l’évaluation de sa mise en œuvre en vue de garantir l’organisation des élections libres, crédibles, transparentes et apaisées et de formuler des recommandations respectivement au Parlement, au Gouvernement ainsi qu’à la CENI pour la bonne exécution de l’accord ».
Pour faire bref, le CNSA ressemble tout à fait à un groupe de veilleurs ou guetteurs tapis dans une tour de garde ou de contrôle, prêts à donner l’alerte universelle à toute moindre violation délibérée de l’accord de la Saint Sylvestre de la part d’une mission.
S’agissant particulièrement de l’animateur du CNSA, très convaincu du caractère impersonnel obligatoire d’une loi ou d’une convention à caractère légal, de son vivant, Etienne Tshisekedi  avait exigé et obtenu que l’article VI 2.2 dernier alinéa de l’accord soit anonyme. Il stipule expressis verbis que «  le CNSA sera présidé par le Président du Conseil des Sages du Rassemblement » (NO COMMENT).
De jure, la MP, la « mère de tous les vivants » et autre Vital KAMHERE n’auraient même pas dû se mêler de cette « Cuisine interne du Rassop », après le décès du Président du Conseil des Sages du Rassop, Président du CNSA, le 1er février 2017 à Bruxelles.
Chose inexplicable, après une première exigence de trois noms en vue du choix et de la nomination du Premier Ministre et cela, contrairement à l’esprit et à la lettre de l’article VI 3.3 de l’accord stipulant que « « Le Premier Ministre sera présenté par le Rassop puis nommé par le Président de la République (et non trois noms, l’article 78 de la Constitution trouvant son champ d’application juste après des législatives et non hors mandats), la MP a réédité son exploit en demandant au Parlement de « trouver une personnalité consensuelle » en qualité de nouveau Président du CNSA, faisant ainsi de Pierre LUMBI  une « persona non grata » au sommet du Conseil National de Suivi de l’Accord !»
Elle a toujours un « dernier mot » à dire, et partout, même hors mandat, cette MP !
Le docteur en droit public Léon KENGO WA DONDO cautionnera-t-il pareille «violation de l’esprit et Ade la lettre de l’accord»,              déjà décriée par les USA, l’UK, le Canada, l’UA, etc… ?
En réaction, Kinshasa a décidé de suspendre sa coopération militaire avec Bruxelles, au nom de la « souveraineté nationale absolue » pourtant inexistante en cette ère de la mondialisation.
Les regards du monde entier sont donc braqués sur l’ancien PGR du Zaïre. Qui vivra verra.
La marge du manœuvre du Rassop avait donc été sensiblement réduite dès lors que le Rassemblement s’était vu torpiller et diviser par trois, comme curieusement « prophétisé » en Février 2017 par un membre du gouvernement  BADI très nostalgique de sa «grand ma», disant sur TOP CONGO FM : «Nous allons diviser le truc en trois».
Voilà qui est accompli. Leçon : « Nihil de Nihilo », non rien ne vient de rien. L’émiettement du Rassop en trois ailes ne relève pas d’un hasard.
En RDC, deuxième pays francophone au monde, il se pose étonnamment le grave problème d’analyse de mots français et de respect de textes!
Révélation de Félix Tshisekedi TSHILOMBO sur Top Congo FM à propos du CNSA : « La tête de Pierre LUMBI ne plaît pas à la MP et à son autorité morale ! »
Certains caciques de la MP l’ont même qualité  de « traitre », de « Judas ». Son crime? Avoir librement tourné le dos du Raïs, comme Satan le Diable à Dieu, et rejoint le G7 hyper hostile à un troisième penalty et héraut du strict respect de la constitution.
Et la rue de s’interroger donc : « Joseph Kabila peut-il imiter l’extraordinaire l’exemple de Dieu », comme dans «l’affaire Alias Satan le Diable ? ». Le terme Satan signifie opposant.

«AFFAIRE PIERRE LUMBI »: DIEU, UN EXEMPLE A IMITER PAR JOSPEH KABILA KABANGE
D’après Ezéchiel 27 :13-19, avant de basculer dans l’opposition radicale, l’ange jadis appelé « Chérubin d’Eden », doté du libre arbitre, au corps, couvert de diamants, d’une beauté  et d’une splendeur à vous faire dormir débout, intelligent et intègre, avait reçu de Dieu le privilège de protéger le jardin d’Eden où poussaient les deux fameux arbres de la connaissance du bon et du mauvais ainsi que de vie (vers l’Irak, l’Arabie Saoudite, l’Euphrate…).
Malheureusement, bien au courant du dessein de Dieu pour la terre et l’humanité et, abusant de son libre arbitre, ce Chérubin d’Eden se mit à convoiter le culte pur que des milliards d’humains rendraient à leur Créateur.
Résultat ? Il entreprit d’entraîner  le premier couple humain dans la rébellion aux conséquences dramatiques pour l’humanité entière jusqu’à ce jour !
Mais, selon le mystérieux livre d’Apocalypse (6 : 1-4 ; 12 :7-12                et 20 : 1-3), c’est seulement depuis 1914 de notre ère que le compte à rebours a commencé à coup sûr pour Satan et son système de choses.
Fait intéressant et extraordinaire exemple de tolérance de la part de Dieu, à imiter par joseph KABILA KABANGE dans l’«affaire Pierre LUMBI » déclaré persona non grata par la MP, à la tête du CNSA, c’est que Dieu ne s’est point opposé à l’accès de Satan à la cour divine céleste ni à son ascension  au sommet du pouvoir politique de notre planète afin de prouver ses prétentions. Son bilan est hautement négatif, résumé dans cet adage latin : « Homo homini lupus », Oui l’homme est pour l’homme un loup. Et le 40ème Président Américain, Ronald Reagan, de déplorer la domination humaine sous la houlette de Satan en ces termes : le Gouvernement n’est pas la solution de notre problème. Le Gouvernement est le problème. »
Théocrate, Dieu n’empêcha point du tout Satan (l’opposant) d’accéder à la cour céleste ! Reportage de Moïse, rédacteur du livre de Job : « Or, le jour arriva où les fils du vrai entrèrent pour se placer devant Yaweh et Satan (opposant) aussi entra au beau milieu d’eux. Alors Yaweh dit à Satan: «D’où viens-tu ?»                     et Satan  répondit à Yaweh et dit : « De rôder par la terre et d’y circuler ». Puis Yaweh dit à Satan : « As-tu noté qu’il n’y a personne comme job sur la terre : un homme intègre et droit, craignant Dieu et s’écartant du mal ? ». Mais Satan répondit                    à Yaweh et dit : « Est-ce pour rien que Job a craint Dieu ?                  L’œuvre de ses mains, tu l’as bénie…mais pour changer, avances ta main, s’il te plaît, et touche à tout ce qui est à lui et vois s’il ne te maudis pas en face ». Alors Yaweh dit à Satan: « Vois! Tout ce qui est en ta main. Contre lui seulement n’avance pas ta main ! » Et Satan sortit auprès de la personne de Yaweh (Job 1 : 7-12). Super.
Quel extraordinaire exemple de tolérance et de respect des droits de l’opposition de la part de Dieu dans sa propre cour céleste même !
Plus extraordinaire encore : Dieu n’a pas opposé son veto à l’accession de Satan, son opposant irréductible, au sommet du pouvoir politique de notre planète, par défi évidemment  au motif qu’il serait un «traitre». Loin s’en faut. Reportage du médecin Luc
(4 : 5-8): « il le fit alors montrer et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre habitée; et le Diable dit à Jésus: « si tu te prosternes devant moi et fais un acte d’adoration, je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, parce qu’il                         (le pouvoir) m’a été livré et je le donne à qui je veux », une offre évidemment rejetée hic et hunc par le Nazaréen.
Quelle magnanimité, de la part de Dieu, allant jusqu’à se retenir d’entraver l’accession au pouvoir à son opposant irréductible ! Quel bel exemple de respect des droits de l’opposition, jusqu’aux échéances prévues! La rue s’interroge donc : «Joseph KABILA KABANGE peut-il imiter l’extraordinaire exemple de Dieu dans l’affaire Pierre LUMBI?»               Si oui, il en sortirait très grand, à coup sûr.

Dieudonné KITOKA MILONGA/CP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat