Des élèves emmenés de force au meeting de Roger Lumbala

Les activités scolaires ont été paralysées en début de semaine au Complexe scolaire Goge, une école privée située au Quartier 12 dans la commune de N’djili. En cause, les élèves de 5ème et 6ème secondaires qui exigeaient à leur promoteur le paiement d’une somme d’argent qu’il leur aurait promise en échange de leur participation au meeting tenu à la Foire internationale de Kinshasa par l’opposant Roger Lumbala, le 25 avril dernier.

Le mardi 26, soit le lendemain. Ces élèves ont barricadé la porte d’entrée et empêché à leurs collègues d’y accéder. Certains ont tenté d’incendier le bâtiment en étages qui abrite cette école et ont été dispersés par les policiers. Le mercredi, ils ont poursuivi leur mouvement de contestation, poussant le promoteur à répondre à leurs revendications. Ce dernier, membre du PPRD, a pour calmer la tension, annoncé publiquement qu’il avait pris contact avec  l’inspection générale de l’EPSP pour que les finalistes qui ont participé à la manifestation politique réussissent aux examens d’Etat. Un argument qui a, certes, eu le mérite d’apaiser la tension mais qui n’a pas convaincu certains élèves qui l’accusent de les avoir utilisés pour des fins politiques. « Nous avons été au départ informés que le promoteur avait un message très important à nous communiquer au sujet des épreuves de dissertation. Ce n’est que le matin, quelques minutes avant notre départ, que certains de nos amis nous ont dit que l’on allait participer à une manifestation politique », témoigne un élève. Lui et ses collègues affirment avoir été embarqués de force à bord de deux minibus loués pour la circonstance et emmenés à la FIKIN. « Nous n’avions pas vu le promoteur mais tout ce que l’on sait, ce que c’est lui qui nous avait demandé de nous rendre là-bas. D’ailleurs, chacun a reçu un tricot estampillé aux effigies de l’UDPS et nous avons été conduits comme des moutons dans le pavillon dans lequel nous avons trouvé d’autres jeunes de notre âge », raconte un autre élève âgé de 17 ans. Il ajoute que  la promesse d’argent leur a été faite par le promoteur au téléphone peu avant le début de la manifestation politique au cours de laquelle Roger Lumbala avait encouragé les jeunes à prendre des filles et à les rendre enceintes parce que le nouveau Premier ministre Bruno Tshibala va leur donner du boulot. Nos efforts pour faire réagir le promoteur de cette école n’ont pas abouti. Et ses proches se refusent de tout commentaire. Les élèves eux, se sont calmés par peur d’être renvoyés pour certains ou des représailles pour d’autres. « Nous venons ici pour étudier et non pour être utilisé pour des fins politiques. Nous sommes tous mécontents mais nous ne savons pas auprès de qui nous plaindre surtout que le promoteur répète qu’il a des relations au plus haut sommet », murmure un élève de cinquième secondaire.
Informés de cette situation, certains parents se sont rendus à l’école où ils ont été priés de garder leur calme pour ne pas perturber les esprits de leurs enfants à l’approche des épreuves de dissertation. D’autres menacent de saisir les responsables de l’Enseignement primaire et secondaire s’ils n’obtiennent pas des explications claires de la part de ce promoteur qui, jusque-là, semble se reprocher de rien et refuse de répondre à toutes les questions.

CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat