Délai électoral: F. Tshisekedi lance un défi à Kabila

Le président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement a rejeté la dernière déclaration du président de la République qui indiquait qu’il n’a jamais promis les élections en 2017.

« Les élections restent un cheval de bataille du Rassemblement. Elles constituent un droit constitutionnellement reconnu au peuple congolais tel que renforcé dans l’Accord de la Saint-Sylvestre renfermant l’engagement des parties prenantes dont les délégués de Monsieur Joseph Kabila ».
C’est ainsi que s’est exprimé Félix Tshisekedi, président du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement samedi 10 juin devant les cadres et militants de cette méga-plateforme qui fêtait le premier anniversaire de la signature de l’Acte de Genval la créant.
Le fils d’Etienne Tshisekedi répondait ainsi au président de la République qui, dans une récente interview accordée au journal allemand Spiegel, a déclaré qu’il n’avait jamais promis les élections en 2017. « Je n’ai rien promis. J’aimerais que les élections se déroulent le plus tôt possible. Mais nous voulons des élections parfaites, pas n’importe quelles élections. Et c’est la commission électorale qui organise les élections dans ce pays – c’est ce que la plupart des gens oublient. Nous avons une commission indépendante qui, conformément à notre Constitution, est chargée d’organiser les élections. Cette commission travaille déjà et les résultats sont positifs. Nous nous dirigeons vers 24 millions d’électeurs déjà inscrits. Nous avançons », indiquait Joseph Kabila.
Mais pour Félix Tshisekedi, Kabila vient de lancer un défi à tout un peuple. Il estime que « l’heure a sonné » pour le Rassemblement de se mobiliser comme un seul homme pour « relever le défi que Joseph Kabila a lancé à notre peuple de priver la nation congolaise d’élections conformément à la Constitution ».
Cette mobilisation devrait être amorcée après le conclave que cette plateforme prévoit d’organiser incessamment. Cette grand’messe politique allait se tenir la semaine dernière. Mais, elle a été reportée suite à l’évolution des négociations entre le gouvernement et la famille politique et biologique d’Etienne Tshisekedi à propos des funérailles.

TRIPES ?
« Le Rassemblement entre en conclave pour élaborer une nouvelle feuille de route qui va baliser son action jusqu’au 31 décembre 2017, date à laquelle des élections présidentielle, législatives et locales doivent avoir été organisées dans notre pays », a-t-il annoncé. Et d’ajouter : « Les commissions chargées de préparer ce travail ont été installées et sont à la tâche. Le Rassemblement communiquera en temps opportun la date au cours de laquelle il rendra publics les résultats de ces travaux ».
Défier Kabila, « Fasthi » et son Rassemblement affaibli par le départ du courant Olenghankoy et Tshibala, en ont encore les tripes ? Lorsque la mobilisation du 19 septembre avait bousculé le régime, Etienne Tshisekedi était vivant. Au faîte de sa fraîcheur de Genval, le Rassemblement, était bien soudé. Aujourd’hui, le Sphinx de Limete, décédé le 1er février, n’est plus là et la méga-plateforme s’est affaiblie avec des dissidences.
Mais, il serait aussi naïf de minimiser le fils Tshisekedi, lui qui garde encore la confiance des combattants de l’Udps et d’une certaine opinion publique qui aspire au changement.

Katz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat