Candidat unique : échanges entre Muzito et F. Tshisekedi

A presque quatre mois de la tenue de l’élection présidentielle, les grandes manœuvres ont démarré du côté de l’Opposition dans la perspective de la désignation d’un candidat unique. C’est dans ce cadre qu’il faut circonscrire les échanges, le samedi 11 août dernier, entre Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito, tous deux candidats à la prochaine présidentielle pour le compte de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) et de la plate-forme « Nouvel Elan ».

« Cette fois-ci, l’Opposition ne commettra plus les erreurs de 2006 et 2011 où elle a échoué à la présidentielle en se présentant en ordre dispersé ». Cette phrase revient dans tous les états-majors des partis politiques de l’Opposition dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. Tous ou presque semblent avoir tiré les leçons du passé. Pour éviter ce piège, les opposants-candidats, bien qu’ayant tous déposé leurs dossiers de candidature à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ne jurent que sur la désignation d’un candidat unique.

Déterminés à gagner le pari d’obtenir l’alternance politique à l’issue du scrutin présidentiel du 23 décembre prochain, Félix Tshisekedi, le président de l’UDPS et l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito ont eu un long tête-à-tête le samedi 11 août dernier à Kinshasa. Même si rien n’a filtré de leur entrevue, mais l’on croit savoir que les échanges entre les deux personnalités ont tourné autour de la tenue des élections transparentes, apaisées et démocratiques à la date prévue par le calendrier électoral.

Selon des sources proches de deux acteurs politiques, les candidats de l’UDPS et de la plate-forme « Nouvel Elan » se sont plus penchés sur la question ayant trait à la désignation d’un candidat unique au niveau de l’Opposition afin de faire face à Emmanuel Shadary, le candidat choisi par le Front Commun pour le Congo (FCC). A ce sujet, les deux personnalités ont pris l’engagement de poursuivre des contacts sur ce dossier. Ils ont également évoqué la possibilité pour les forces politiques et sociales de l’Opposition non seulement de gagner la bataille présidentielle, mais aussi d’obtenir une majorité au niveau du Parlement.

Des contacts entamés depuis Bruxelles

La rencontre entre Félix Tshisekedi et Adolphe Muzito du 11 août dernier était la deuxième, car la première avait eu lieu le 2 juin 2018 à Bruxelles (Belgique). A l’issue de cette entrevue, les deux hommes avaient réaffirmé leur volonté de se battre pour obtenir la tenue de l’élection présidentielle à la date prévue, sans Joseph Kabila et sans la machine à voter.

« Pour concrétiser la volonté populaire d’union entre les leaders politiques engagés pour le changement en République Démocratique du Congo (RDC), il était temps que Félix Tshisekedi et moi discutions sur les enjeux autour du processus électoral en vue de donner à notre peuple ce qu’il mérite au-dessus de tout ». C’est par cette phrase que l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito avait résumé sa rencontre du 2 juin à Bruxelles avec le président de l’UDPS.

Des sources renseignent que des échanges, entre les acteurs politiques de l’Opposition, vont s’intensifier dans les jours, semaines et mois qui viennent. Déjà, une rencontre entre les principaux candidats de l’Opposition à la présidentielle est prévue au mois de septembre en dehors du pays.

Rombaut KASONGO

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat