Modeste Mutinga signe « Pour une République des juges contre l’impunité»

Cet ouvrage de 194 pages se veut un projet pour la réforme institutionnelle en République démocratique du Congo. Il a été porté sur fonds baptismaux le samedi 26 août dernier à l’Hôtel Africana Palace, au cours d’une cérémonie présidée par le professeur Isidore Ndaywel.

Plusieurs personnalités du monde scientifique, politique, diplomatique et des hommes de médias ont été présentes à la cérémonie de baptême de ce livre. Parmi elles, le Président de la CENI, Corneille Naanga, l’ambassadeur de la France à Kinshasa, des sénateurs, des députés nationaux ainsi que d’autres amoureux du livre. Faisant la recension de ce livre, le professeur Kabuya Lumuna a loué sa richesse, sa complexité et a indiqué que son contenu se veut à la fois un « plaidoyer, un réquisitoire et un manifeste ». Il a notamment souligné que la thèse de Modeste Mutinga peut être considérée comme un beau projet de réforme institutionnelle, susceptible de mobiliser dans le cadre d’un parti politique ou d’un mouvement citoyen et de nourrir un riche débat démocratique. « La République des juges contre l’impunité » fait un plaidoyer de la justice équitable. Son auteur appelle de tous ses vœux au bon fonctionnement de l’appareil judiciaire en RDC. Il a recensé quelques affaires judiciaires qui ont suscité beaucoup de commentaires dans l’opinion et interrogé des avocats et activistes des droits de l’homme connus pour leur combat en faveur de l’avènement d’une justice équitable. Tous ont exprimé les mêmes inquiétudes et les mêmes souhaits pour une meilleure place à réserver à la justice pour que les faibles et les forts soient jugés de la même manière. Il se termine avec une lettre ouverte de l’auteur envoyée au Président de la République au sujet du fonctionnement de la justice. Dans son discours, Modeste Mutinga espère que son cri d’alarme trouvera un écho favorable auprès de ses lecteurs. « Je n’ai pas de commentaires à faire sur le contenu de la République des juges contre l’impunité. Cette tâche revient à vous, lecteurs, analystes, acteurs politiques, professionnels du droit, activistes des droits de l’homme et autres observateurs de notre société. Que ce livre interpelle les consciences et provoque le réajustement dans le comportement continuel des magistrats, de dirigeants au pouvoir et d’autres animateurs des institutions nationales et en province », a-t-il déclaré. Il s’est dit « particulièrement perturbé » par l’avènement d’un Etat de droit, un Etat moderne ayant pour fondement la démocratie. Un Etat qui, selon lui, demeure une éternelle faiblesse de la République démocratique du Congo.
Acteur politique et homme d’affaires, le sénateur Modeste Mutinga a aussi écrit d’autres ouvrages dont la « RD Congo, la République des inconscients », publié en 2010.

R. Djanya

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat