Toujours mis à l’écart par Minaku : Atundu, Lokondo et Yolama râlent

Après la publication de la nouvelle équipe gouvernementale, des mécontents seraient sortis de leur silence au sein de la famille politique du chef de l’Etat. Parmi eux, André-Alain Atundu, Henri-Thomas Lokondo ainsi que Benoît Yolama qui ne cachent plus leur frustration eu égard à l’habitude du secrétaire générale de la Majorité présidentielle de les ignorer constamment.
Ces trois personnalités estimeraient qu’ils constituent une force entant que « fervents acteurs de la MP » et puisqu’ils restent loyaux, l’Autorité morale. Ils en vont pour preuve leur « distinction » à travers notamment des passages médiatiques et actions parlementaires. Mais au finish, elles sont frustrées par ce que l’un d’eux qualifie d «’indifférence » affichée à leur égard.
Personne parmi eux ne figure dans l’actuelle équipe gouvernementale Bruno et il n’est pas évident de les retrouver comme mandataires des entreprises du portefeuille de l’Etat. Pourquoi cette mise à l’écart ? Difficile de répondre à ces préoccupations d’autant plus que certains ne sont même plus associés aux rencontres qu’organisent la MP.
Des sources concordantes indiquent que les frustrations de ces trois personnalités ont atteint leur paroxysme. Les trois seraient prêts à se rebeller contre leur mise à l’écart volontaire.
A cette liste des frustrés, on peut ajouter le député Zacharie Bababasue qui a créé dernièrement un nouveau courant dans la MP.
Après les frondeurs du G7 qui ont quitté le navire MP il y a deux ans pour réclamer le respect de la Constitution, il risque d’avoir un autre groupe des dissidents qui, à leur tour, quitterait pour des raisons de mise à l’écart.
André-Alain Atundu, actuel Porte-parole de la MP, était à l’époque de la deuxième République, patron de sécurité de la Gécamines commerciale puis Ambassadeur de la RDC au Royaume de Belgique. C’est en 2006 qu’il a rejoint l’Alliance pour la Majorité Présidentielle (AMP), après avoir quitté l’Union pour la Nation (UN) de Jean-Pierre Bemba. L’opinion se souviendra qu’il était Président du Conseil d’Administration (PCA) de l’Office Congolais de Contrôle (OCC).
Eloquence et bravoure en main, il n’hésite pas de prendre des engagements médiatiques en faveur du Chef de l’Etat. Il suffit de voir les différentes prises de parole qu’il s’assume depuis qu’il occupe les fonctions de porte-parole de la MP. En retour, aucun signe de récompense ne s’en suit.
Henri-Thomas Lokondo, député élu de la circonscription de Mbandaka, est également un ancien dignitaire du régime Mobutu où il fut à plusieurs reprises ministre. Une fois Vice-ministre  avec Kabila, il est l’une des grandes figures de la MP au sein de la chambre basse du Parlement.
D’aucuns estiment que Lokondo a tenté d’imposer plusieurs de ses hommes dans les provinces démembrées de l’ex Equateur. Malgré ces multiples efforts, il ne figure toujours pas parmi les membres du comité politique de la MP. Des sources dignes de foi indiquent que ses relations avec Aubin Minaku, SG de la MP, serait au froid.
De son côté, Benoît Yolama est un cadre important de la MP, inscrit au PPRD après l’université du cinquantenaire de Kisangani tenue en 2010. Ses prestations médiatiques font en sorte qu’il soit souvent confondu aux communicateurs de sa famille politique. L’on se souvient de l’incident sur un plateau de télévision au cours d’une émission télévisée avec Gabriel Mokia. Un acte qui lui a valu la prison comme un homme sans défense. Au pire, il a été objet de plusieurs  calomnies qui l’ont conduit à des procès. Malgré toutes ces flèches mouchetées, ils continuent à défendre sa famille politique.

CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat