Sud-Kivu : des mouvements citoyens manipulés contre le général Mundos

Dans une réflexion, Jean-Marie Musubao, un notable du territoire de Beni, pense que ces jeunes sont manipulés par des puissances étrangères qui ignorent le fonctionnement de l’armée congolaise.

Dans un communiqué conjoint signé le 24 juillet dernier, des mouvements citoyens dont Lucha, Filimbi, Il est Temps, Indignès, S40, Telema, Jeud, Actvista, ont contesté la récente nomination, par le chef de l’Etat, du général-major Muhindo Akili Mundos à la tête de la Région militaire du Sud-Kivu.

Ces jeunes ont indiqué que cet officier des Fardc a “occupé les mêmes fonctions au Kasaï et à Beni où des massacres à répétition, des crimes de génocide et assassinats ciblés des civiles s’observent sous sa bénédiction”.

Pour Jean-Marie Musubao, notable de Beni, ces jeunes du mouvement citoyens ne maîtrisent rien et sont manipulés et intoxiqués par des officines étrangers.

“Faut-il rappeler à ces jeunes qui souffrent de la manipulation et de l’intoxication que le général major Muhindo AKili Mundos n’a jamais été sur le théâtre des opérations au Kasaï et qu’au moment où se déroulaient les tristes événements du Kasaï, le général Mundos était auditeur de la 2ème promotion au Collège des Hautes Etudes de Startégie et Défense (CHESD) ?”, rappelle Jean-Marie Musubao. Et d’ajouter: “Parlant des massacres de Beni, il  y a lieu de rappeler encore une fois à ces jeunes gens qui donnent l’impression de vivre sur une autre planète que le général Muhindo Akili Mundos a cédé le commandement des opérations Sukola I au général Mbangu Marcel  le 5 juin 2015.”

D’ailleurs, il note que depuis son départ, il y a trois années, “les massacres ont continué sans désemparer et se déroulent jusque dans la  ville de Beni. Et ce, au grand dam des forces de la Monusco qui, d’ailleurs, ont perdu 15 Tanzaniens de la FIB (Brigade d’intervention de la Monusco) le 7 décembre 2017 dans une attaque des terroristes ADF”.

“Les jeunes gens des « mouvements dits citoyens », en signant ce communiqué, veulent se faire de petits « héros » pour qu’ils soient interpellés par la justice parce que leur communiqué relève bien de la diffamation, de l’incitation à la haine et de l’appel à la rébellion. Que l’Etat ne leur donne pas cette occasion en ne considérant que leur acte relève de l’ignorance”, déclare ce notable de Beni, s’en prenant à la journaliste de Rfi, Sonya Rolley qui a relayé le communiqué de ces mouvements citoyens dans son compte twitter.

 “Nul n’ignore que dans la machination de l’intox contre les FARDC et de la campagne de démoralisation des troupes en pleine opération contre les ADF, Sonia ROLLEY avait choisi de relayer la voix d’un politicien originaire de BENI (qui avait quitté le Parlement pour reajoindre le M23 et dont les liens avec les ADF sont avérés)”, écrit-il.

“Qui oublie qu’à Beni, le Général major Mundos était Commandant du secteur opérationnel Sukola I et que de là il a été affecté à MAMBASA avec la 31ème Brigade de Défense Principale (dont il était le Commandant). Aujourd’hui, il est affecté comme commandant Région militaire: ce sont deux fonctions différentes dans la structuration actuelle des FARDC”, explique Jean-Marie Musubao qui régrète que “des jeunes gens soient manipulés par des étrangers qui ignorent le fonctionnement de l’armée congolaise mais, diabolisent leurs propres officiers pour détruire leur propre armée et trahissent leur pays.

Jean-Marie Musubao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat