Secteur touristique : un atelier des journalistes pour la protection du patrimoine naturel

Un atelier sur l’importance des médias dans le développement du secteur touristique s’est tenu la semaine dernière à Kinshasa, présidé par Mme Ruth Gomez, journaliste et experte en communication de gestion à World Tourism Organisation.

Au cours de cet atelier axé sous le thème : « La communication et les relations avec les médias dans la protection de la vie sauvage, pour un tourisme durable ».

Pour Ruth Gomez, l’objectif poursuivi par les organisateurs de ces travaux est d’augmenter les capacités des bénéficiaires pour gérer une stratégie des médias, mettre en place des protocoles de diffusion de l’information et la promotion de destination dans les médias en tant que destination touristique et la valeur de la vie sauvage dans le secteur touristique.
Ruth Gomez a expliqué à l’assistance l’importance du tourisme pour les développements des communautés locales et l’avenir du secteur. Elle a analysé la relation entre le tourisme et le patrimoine naturel, la vie sauvage et aussi les grands revenus. Le tourisme ne peut pas constituer un danger ou une menace pour la biodiversité en RDC. Comme d’autres secteurs économiques, le tourisme a la responsabilité de contribuer au développement durable, a-t-elle déclaré. Par ailleurs, elle a fait savoir que la communication stratégique est une discipline qui aide à renforcer la promotion du patrimoine naturel et aussi à engager les communautés locales pour préserver le patrimoine, avant d’analyser les relations avec la presse. Elle a signalé que l’atelier a été organisé à l’initiative de l’ONT en partenariat avec la compagnie chinoise Chimelong sur la protection de la vie sauvage à travers le tourisme durable.
Il sied de rappeler que le gouvernement congolais avait lancé en 2014, le plan directeur national pour le développement du tourisme, censé porter la part de ce secteur de 1% à 3% du PIB à l’horizon 2020. Ce document prévoit la réalisation de projets à travers l’ensemble du pays, avec quatre régions prioritaires : Kinshasa, l’ex-Katanga, le Kongo-Central et le Nord-Kivu. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement s’attèle à réhabiliter les principales infrastructures touristiques du pays. Il a également prévu la construction d’hôtels et autres hébergements, sans oublier l’aménagement des voies d’accès aux différents sites.
G.E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat