Rester ou désigner un dauphin : Kabila attendu

C’est confirmé. Le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, s’adressera à ses compatriotes avant la fin de ce mois de juillet prochain devant les parlementaires réunis en Congrès.

L’information a été donnée par le président de l’Assemblée nationale. Que va-t-il dire à un mois du dépôt des candidatures pour la présidentielle prévue le 23 décembre 2018 ?
« J’annonce ici qu’au cours de la session qui s’ouvre, donc avant le 20 juillet, il est prévu que le Président de la République, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, s’adressera à la Nation ». Cette annonce avait été faite par Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale, à l’ouverture de la session extraordinaire à la Chambre basse du Parlement.
Après sa conférence tenue le 26 janvier dernier, le chef de l’Etat congolais aura donc l’occasion de se prononcer sur les grandes questions d’actualité en République Démocratique du Congo. Et la principale actualité politique reste l’organisation des élections présidentielle et législatives nationales et provinciales attendues le 23 décembre prochain.
L’adresse de Joseph Kabila à ses compatriotes intervient au moment où les acteurs politiques de l’opposition rappellent l’article 220 de la Constitution qui lui interdit de briguer un Troisième mandat. Surtout il va se prononcer à la veille du début de dépôt des candidatures à la présidentielle.

Un dauphin en gestation
Attendant cette adresse de Joseph Kabila, une seule question hante les esprits des Congolais : va-t-il rappeler que son sort est réglé par la Constitution comme toujours ou va-t-il mettre fin au suspense en annonçant son retrait de la course ? Selon des sources, le locataire du Palais de la Nation pourrait créer la surprise en annonçant sa non participation à la prochaine élection présidentielle.

L’examen de projet de Loi garantissant le statut des anciens Présidents de la République serait une indication. Bien plus, il nous revient d’apprendre que ledit projet de Loi a finalement reçu le feu vert de la Présidence de la République qui s’y opposait depuis plusieurs mois.
L’avis des parlementaires
L’examen du projet de Loi susévoqué suscite des réactions diverses dans les milieux des parlementaires. « C’est une loi qui garantit l’après-mandat de tout chef de l’Etat, en commençant par Joseph Kabila, qui est notre premier chef de l’Etat élu », a souligné Thekys Mulaïla, sénateur de la Majorité Présidentielle. Joseph Kabila sera-t-il candidat en décembre prochain ? Réponse de Thekys Mulaïla : « Je ne sais pas vous dire s’il va quitter le pouvoir ».
Du côté de l’opposition, le discours est tout autre. « Il faut que le président Joseph Kabila, lorsqu’il va s’exprimer devant le Congrès, réaffirme qu’il y aura élection à la fin de l’année, qu’il y aura alternance. En plus, qu’il nous confirme qu’il ne sera pas candidat à un Troisième mandat », tranche le député Juvenal Munubo, élu du Nord-Kivu sous le label de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), le parti de Vital Kamerhe.
Les députés, de leur côté, ne veulent que le projet de loi soit élargi aux anciens présidents d’autres institutions de la République, notamment l’Assemblée nationale et du Sénat.
CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat