Remaniement : des ministres «traitres» visés

Mis en place en avril 2017, le Gouvernement dirigé par Bruno Tshibala pourra connaitre son premier remaniement dans les jours qui viennent. Le chef de l’Exécutif national devrait tarder son fauteuil, mais des sources annoncent quelques ministres pourraient quitter le navire… pour « trahison ».

Le remaniement annoncé du Gouvernement issu de l’Accord de la Saint-Sylvestre signé le 31 décembre 2016 entre les délégués de la Majorité Présidentielle (MP) et ceux du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop), apprend-t-on dans des milieux proches du pouvoir, devrait intervenir après la sortie officielle du Front Commun pour le Congo (FCC), prévue le 29 juin prochain.
Le FCC dont la création avait été annoncée sur les antennes de la télévision nationale par Lambert Mende, ministre de l’Information et des Médias, et porte-parole du Gouvernement, regroupe la Majorité Présidentielle et des ministres de l’Opposition qui font partie du Gouvernement. Joseph Kabila, lui, a été désigné à l’unanimité comme l’Autorité morale de cette plate-forme électorale.
Objectifs assignés au FCC
Dans sa communication sur le plateau de la RTNC, Lambert Mende avait indiqué que l’objectif majeur du FCC est « d’apporter leur soutient à un candidat unique lors de l’élection présidentielle du 23 décembre 2018 ». Il a aussi souligné que la plate-forme est ouverte aux membres du Gouvernement, toutes tendances confondues, ainsi qu’à ceux des parts et regroupements politiques déjà existants… ».
Cependant, il nous revient d’apprendre que certains ministres auraient refusé de « changer » des couleurs politiques pour faire partie de ladite plate-forme, mais de trahir leur serment d’obtenir l’alternance politique à l’issue de l’élection présidentielle attendue au mois de décembre prochain.
Chasse aux traitres
Même si le porte-parole du Gouvernement a affirmé que « les ministres de l’Opposition qui adhéreront au FCC resteront sociétaires de leurs familles politiques d’origine », des sources renseignent que ceux qui ont boudé de faire partie de la mégastructure autour de Joseph Kabila seraient des chaises éjectables. Ainsi, ajoutent nos sources, ceux des ministres qui ont opté de rester en dehors de la plate-forme née à Kingakati, la ferme privée du chef de l’Etat, pourraient quitter le Gouvernement au lendemain du remaniement gouvernemental annoncé d’ici début juillet.
Qui sont ces ministres qui pourraient être virés de l’équipe dirigée par le Premier ministre Bruno Tshibala ? Ceux qui suivent les déclarations faites par les différents ministres peuvent deviner ceux qui devraient le « navire » dans les jours qui viennent. Des analystes politiques ne voient pas la Majorité Présidentielle remercier de ces acteurs politiques qui l’a aidé à « violer » l’Accord signé en décembre 2016.
CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat