RDC et RSA d’accord pour l’exemption de visa des passeports diplomatique et de service

Un protocole d’accord a été signé entre le gouvernement sud-africain et la RDC, relatif à l’exemption de visa pour les détenteurs des passeports diplomatique et de service.  La cérémonie s’est déroulée, lundi 31 juillet 2017 au pays de Mandela, entre Emmanuel Shadary, VPM et Ministre de l’Intérieur et Sécurité et son homologue sud-africain, Hlingiwe. Il s’agit de la mise en œuvre de l’une des recommandations de la dernière réunion du sommet RDC-RSA.

Emmanuel Shadary, VPM et Ministre de l’Intérieur et Sécurité, a indiqué qu’il s’agit d’un processus d’intégration de la SADC. Il faut que les gens circulent librement sans qu’il y ait beaucoup de formalités. Ce qui implique d’y aller pas à pas. Et la première étape concerne les officiels qui voyagent généralement pour l’intérêt des communautés. « Et c’est pourquoi nous avons trouvé qu’il était mieux indiqué de commencer par l’exemption de  visa au profit des détenteurs de passeport diplomatiques et service », a-t-il déclaré. A l’en croire, ils sont nombreux qui ont des passeports diplomatiques, tels que les membres du Gouvernement, le Parlement, et leurs dépendants. Il y a également les hauts-fonctionnaires qui sont concernés, en vue de ne pas être soumis aux formalités.  Il signale que jusque-là, environs 36 accords ont déjà été signés entre les deux pays. Mais l’application exige une souplesse pour ne pas être bloqué par les formalités de migration ou diplomatique

Quid du protocole ?
Il est dit dans cet accord que l’une des parties qui, détenteurs de passeports diplomatiques et de services valides, peuvent entrer, séjourner, et sortir du pays de l’autre partie, pour un séjour n’excédent pas nonante jours, à partir de la date d’entrée, sans avoir obtenu le visa. Et, l’exemption des demandes de visas dans les termes de ce protocole d’accord sera basée sur le principe de réciprocité.
De ce fait, les ressortissants de l’une des parties qui sont détenteurs de passeports diplomatiques et de services en mission diplomatiques et postes consulaires, sont accrédités de l’autre partie, aussi bien que leurs familles, peuvent entrer librement, séjourner, et sortir du pays de l’autre partie pour la durée de leur accréditation de la partie endéans les 30 jours de leur arrivée. A cet effet, chaque partie notifiera l’autre par écrit en passant par les voies diplomatiques, de l’arrivée des citoyens de l’autre partie, détenteurs des passeports, diplomatiques et de service, incluant n’importe quel membre de leur famille directe qui les accompagne. La famille immédiate prévue dans cet accord signifie la femme, l’enfant âgé de moins de 18 ans, et non-marié dépendant entre l’âge de 18 et 23 ans qui entreprend des études à temps plein dans une institution éducative.
Au sujet de l’application de la loi, les citoyens des deux parties et bénéficiaires des facultés de voyage en conformité avec ce protocole d’accord doivent respecter les lois et règlements en vigueur de l’Etat hôte. Toute modification de la loi et règlement de l’une ou l’autre partie comme à l’entrée, séjour, et départ d’un étranger doit être communiqué à l’autre partie endéans 30 jours.

Judith Asina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat