Le Rassemblement Courant Tshisekediste contredit la CENCO

La déclaration des évêques de la CENCO sur la nomination Bruno Tshibala comme Premier Ministre, la qualifiant d’entorse à l’Accord du 31 décembre 2016, continue de susciter bien de réactions. Le Rassemblement Courant Tshisekediste – Coalition des Alliés du président Etienne Tshisekedi avec le chef de file et coordonnateur Jean Pierre Lisanga Bonganga a également réagi. « Il n’est donc pas juste d’évoquer une quelconque entorse alors que l’Arrangement Particulier n’est pas signé », indique le document du Rassemblement Courant Tshisekediste signé par son chef de file Jean Pierre Lisanga Bonganga. Ci-dessous le texte.

Réaction du Rassemblement courant Tshisekediste à la suite de la déclaration des évêques de la CENCO
Dans sa réunion de ce lundi 24 avril 2017, le Rassemblement courant Tshisekediste a analysé objectivement la déclaration des évêques de la CENCO sur la situation sociopolitique en RDC.
Les évêques font état d’une entorse qui aurait entaché la nomination ne serait conforme ni à l’esprit ni à la lettre de l’Accord du 31 décembre 2016. A ce sujet, le Rassop courant Tshisekediste appelle les évêques à s’interroger sur les éléments ci-après :
La CENCO se souvient-elle des discussions âpres qui ont entouré l’adoption du point III.3.3 de l’Accord du 31 décembre 2016 au sujet de l’organe et plus précisément de la personne habilitée à présenter le Premier Ministre pour nomination par le Président de la République. Cette question n’ayant pas trouvé de solution, et son traitement fut renvoyé à l’Arrangement particulier ?
Les évêques se souviennent-ils du rôle qu’ils avaient joué avec succès dans le règlement du conflit interne entre les leaders signataires de l’Accord de l’Union Africaine du 18 octobre 2016 ? Les évêques se souviennent-ils de l’échec qu’ils ont essuyé dans leur tentative de règlement du conflit interne du RASSOP entre le groupe Olenghankoy, Félix Tshisekedi ainsi que celui de Lisanga Bonganga ?

Faut-il rappeler qu’aux négociations de la CENCO, le RASSOP avait en son sein cinq composantes à savoir :
L’UDPS
Le G7
L’AR
La CAT
La Dynamique ?
Est-il normal à ce jour de privilégier un groupe au détriment des autres
Les évêques se souviennent-ils que l’idée de rencontrer le chef de l’Etat était venue du RASSOP ?
Nos pasteurs se sont-ils donné la peine de savoir pourquoi le RASSOP courant Katumbiste avait refusé d’aller aux consultations auprès du président Kabila ?
Les évêques ont-ils oublié qu’à la fin de leur mission des bons offices, ils ont remis le rapport final de leur mission au chef de l’Etat tout en l’exhortant de régler les deux points de divergence qui restait en suspens à savoir : la nomination du premier minsitre et celui du président de la CNSA ?
Les évêques ne trouvent-ils pas qu’ils sont mal venus, après la fin de leur mission, de décréter l’irrégularité de la nomination du premier ministre présenté sur une liste d’une aile du RASSOP alors qu’ils auraient pu aider ce dernier à répondre à l’appel d’harmonisation des listes lancé par le chef de l’Etat lors de son discours devant le Congrès ?
Enfin quelle serait la nature de leur récente déclaration ? Serait-ce la continuation de leur mission des bons offices ? Ou une prise de position politique en faveur d’un camp ?
Quant aux mesures de décrispation politique, avaient-ils oublié que les dossiers Moise Katumbi, Jean Claude Muyambo ne sont pas des cas isolés ? Car d’autres figures emblématiques soutenues, notamment par Vital Kamerhe et Jean Pierre Lisanga Bonganga continuent de croupir en prison ? Souvenez-vous d’Eugène Diomi Ndongala, Prof. Michael Mbonekube, Monsieur Gustave Bagayamuke et tant d’autres ? Serait-il un cas d’amnésie sélective ?
Telles sont les interrogations que le RASSOP courant Tshisekediste soumet à la bonne intelligence des évêques de la CENCO.
En tout état de cause, notre credo demeure, l’implication de tous dans la signature de l’Arrangement Particulier, seul gage de la mise en œuvre intégrale de l’Accord du 31 décembre 2016.
En définitive, il n’est donc pas juste d’évoquer une quelconque entorse alors que l’Arrangement particulier n’est pas signé.
Pour finir, l’objectif final de l’Accord étant d’organiser les élections en vue d’une alternance rapide au sommet de l’Etat, le Rassemblement courant Tshisekediste félicite le MLC et son leader Jean Pierre Bemba pour leur sage option de mettre le cap sur les élections, en renonçant à participer au gouvernement de Transition.
Je vous remercie

Pour la CAT
Hon. Jean Pierre Lisanga Bonganga
Chef de file et coordonnateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat