Et si Pierre Lumbi bloquait l’Accord de la CENCO ?

Mort le 1er février à Bruxelles (Belgique), Etienne Tshisekedi a été remplacé au poste de président du Conseil des sages du Rassemblement par Pierre Lumbi du G7. Sa désignation crée des remous et au sein de sa famille politique et dans certains milieux politiques de la Majorité Présidentielle. Du coup, d’aucuns se demandent si le blocage de l’Accord dit de la Saint Sylvestre ne viendra pas de lui.
Lorsque le chef de l’Etat, Joseph Kabila reçoit la délégation de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) le 20 février, il n’a pas réceptionné la lettre que lui aurait adressée Etienne Tshisekedi – dans laquelle le président national de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) désignait le Premier ministre. «Je souhaite que cette me soit remise officiellement par le successeur d’Etienne Tshisekedi au Conseil des sages du Rassemblement et au Comité National du Suivi de l’Accord (CNSA)», a expliqué le locataire du Palais de la Nation aux Evêques catholiques.

Contesté devant les Evêques
Depuis, les manœuvres ont été lancées au niveau du rassemblement pour désigner le successeur d’Etienne Tshissekedi. Au niveau de l’UDPS et des Alliés de Tshisekedi conduits par Jean-Pierre Lisanga Bonganga, on souhaitait que le sphinx de Limete soit remplacé par un cadre de l’UDPS ou par un « tshisekediste » de première heure. Mais à l’arrivée, c’est Pierre Lumbi, président a.i du G7 (une plate-forme qui soutient la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle qui a été choisi).
Candidats au même poste du président du Conseil des sages du Rassemblement, Lisanga Bonganga, Martin Fayulu, Joseph Olengankoy, Dr Kabamba, avaient tous ou presque dénoncé les conditions opaques dans lesquelles s’étaient opéré le choix de Pierre Lumbi. Tous ont condamné le fait qu’Etienne Tshissekedi ait été remplacé par un transfuge de la Majorité Présidentielle. En effet, avant de rejoindre l’Opposition, Pierre Lumbi avait travaillé comme Conseiller spécial de Joseph Kabila en matière de sécurité.
Contesté après sa désignation, Pierre Lumbi l’a été devant les Evêques le jour de la présentation de la nouvelle équipe dirigeante du Rassemblement de la CENCO. Ce jour-là, Lisanga Bonganga et Valentein Mubake (conseiller politique de feu Etienne Tshisekedi) avaient contesté Pierre Lumbi devant les Evêques en lui signifiant qu’ils ne le reconnaissaient pas comme président du Conseil des sages du Rassemblement.
En dehors de la guerre interne entre tshisekedistes, la contestation du président du G7 a engendré des remous au sein du Rassemblement. Un groupe des membres du Conseil des sages se sont rangés derrière Joseph Olengankoy. Reconnaissant le leadership de Félix Tshisekedi, eux aussi contestent la désignation de Pierre Lumbi comme successeur d’Etienne Tshisekdedi.

Le MLC entre dans la danse
Faisant partie de la délégation du Rassemblement aux discussions du Centre interdiocésain, bien qu’étant une entité à part, le Mouvement de Libération du Congo (MLC), par le biais de son Secrétaire adjoint Fidéle Babala, a officiellement indiqué qu’il allait bloquer le choix de Pierre Lumbi comme président du CNSA.
Des sources indiquent que la position du MLC et de ses alliés du Front pour le Respect de la Constitution (FRC) pourrait bénéficier discrètement du soutien de la Majorité Présidentielle. En effet, des cadres de la MP veulent profiter de la position du MLC pour régler des comptes à celui à qui ils collent l’étiquette de « traitre ».

La position floue de la CENCO
Annonçant la reprise des travaux sur les Arrangements particuliers, l’abbé Donatien Nshole, Secrétaire général et porte-parole de la CENCO a lâché une phrase qui sème la confusion. « A niveau du Rassemblement, la CENCO traitera avec Félix Tshisekedi », a expliqué abbé Donatien Nshole. En recevant les Evêques, Joseph Kabila avait rappelé qu’il attend son nouvel interlocuteur, le remplaçant d’Etienne Tshisekedi au Conseil des sages. Ce dernier devrait être également l’interface de la CENCO.
Comment comprendre le sens de la phrase lâchée par le Secrétaire général et porte-parole de la CENCO ? Du coup, d’aucuns craignent que le cas Pierre Lumbi, C’est là toute la question.

CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat