Kalemie: Les déplacés du site de Katanika encouragent l’assistance du PAM

Au total 5.297 ménages, soit 15.071 personnes ont bénéficié de l’assistance du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) dans le site des déplacés de conflits intercommunautaires de Katanika, dans la ville de Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika.

Les bénéficiaires de cette aide remercient cette agence des Nations Unies, tout en réclamant la régularité de ce don. Ils l’ont exprimé jeudi 26 juillet 2018 à l’équipe du PAM, partie de Kinshasa vers Kalemie, en vue de palper du doigt les réalités de leur quotidien dans ce coin de la République démocratique du Congo.

Deux pools composent ce site des déplacés. Il s’agit de Katanika I lancé en 2016, année où le premier groupe est arrivé et Katanika II, qui habite les déplacés du deuxième groupe en 2017. Installés dans des maisons de fortunes construites en chaume et certains en bâches offerts par l’Organisation Internationale de Migration (OIM), ces déplacés, dépourvus de tout, ne jurent que par le retour dans leur milieu d’origine pour exercer librement les métiers et retrouver la vie d’avant.

Pour Floribert Kakudji Ngoy, Président de ce camps des déplacés installés depuis 2017, c’est le conflit entre Ntwas et bantous qui l’a contraint à quitter Mala, un village situé à 40 km de Kalemie pour s’installer à Katanika. La cinquantaine révolue, Floribert ne jure que par son retour à son milieu d’origine. Mais il s’inquiète de la situation sécuritaire encore volatile. Car, la population civile semble se trouver entre le marteau et l’enclume face à ce drame, d’autant plus que selon lui, certains policiers se sont joints au conflit.

Toutefois, il remercie le PAM pour son soutien remarquable en faveur des déplacés. Allusion faite notamment au fonds pour la ration remis à trois reprises, en 2017. Pas seulement le fonds, ces déplacés ont été également assistés en vivres. Il s’agit de la farine de maïs, de l’huile végétale et les haricots.
Mais en dépit de ces efforts, la famine continue… et à ses côtés, la maladie. Floribert Kakudji évoque un problème d’accès aux soins de santé, surtout pour les adultes. Car, les enfants de 0 à 18 ans sont pris en charge par d’autres partenaires.

Administration du site

Me Yannick Kabulo, administrateur de ces deux sites de Katanika relève que la majorité des déplacés viennent des différents axes, le bord du lac Tanganyika, vers l’axe Kalemie-Moba et Kalemie-Nyunzu.

Ce site a aussi connu des cas d’incendie, c’est ce qui a poussé l’Organisation Internationale de Migration (OIM) a apporté des bâches pour construire des huttes.
Yannick Kabulo encourage, de son côté, le PAM qui intervient en matière des vivres ainsi que du cash. Cela, à travers ses partenaires d’exécution.
Le PAM apporte également une assistance à quelques cas de malnutrition en faveur des enfants de 0 à 5 ans. Il y a également Médecin Sans Frontière (MSF) qui s’occupait de l’hygiène, l’assainissement et l’eau. Mais le contrat est arrivé à terme. Oxfam aide aussi les déplacés dans la construction des latrines, de l’eau et l’UNFPA a érigé la maternité pour les déplacés.

En matière sanitaire, il y a des sensibilisations qui se font régulièrement dans le site. Un comité directeur assure la coordination pour éviter la propagation de certaines maladies. Le gestionnaire sensibilise à son tour sur l’assistance, sans oublier le gouvernement congolais.

Judith Asina/ envoyée spéciale à Kalemie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat