Jeunesse du Rassemblement : reprendre les actions de rue

Dans un communiqué signé hier, jeudi 21 mars, par leur président national, les jeunes de cette méga plateforme appellent à quitter les assises au Centre interdiocésain face au mauvais jeu de la Majorité présidentielle à retarder la mise en application de l’accord de la Saint-Sylvestre.


« La jeunesse du Rassemblement, consciente du gaspillage de temps nécessaire à l’organisation des élections en décembre 2017, gage de l’alternance politique, exhorte le Rassemblement à quitter ces assises pour reprendre les actions de rue immédiatement jusqu’à la victoire finale du peuple et à la reconquête de sa dignité galvaudée par cette oligarque insoucieuse de ses peines quotidiennes ».

C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué de presse de la jeunesse du Rassemblement des forces sociales et politiques acquises au changement, signé par David Muteba, son président national.

Ainsi, cette branche du Rassemblement invite toutes les ligues des jeunes « des forces acquises au changement  et à travers les provinces de se mettre en ordre pour faire échec à la MP conformément à l’article 64 de la Constitution étant attendu que désormais aucune institution politique n’est porteuse de légitimité, sauf le peuple souverain ».
La jeunesse du Rassemblement dénonce une « stratégie d’immixtion permanente » du camp au pouvoir dans la famille Rassemblement afin de perpétrer ce qu’elle qualifie de « malaise     artificiel ».
« La jeunesse du Rassemblement note que dans dix jours, le peuple aura attendu trois mois parsemés des caprices de la MP dans son refus d’appliquer l’accord en ses dispositions pertinentes notamment la désignation du Premier ministre et du Président du CNSA issus du Rassemblement.

Que l’opinion nationale et internationale soient témoins de la prise en otage par la MP des arrangements particuliers sur ces questions ayant déjà connu l’approbation de toutes les parties », peut-on lire, en outre, dans ce communiqué.

MOYEN DE PRESSION

Cette déclaration peut être vue comme un moyen de pression que compte exercer le Rassemblement, qui, s’impatiente face à la mise en application de l’Accord du 31 décembre qui se fait toujours attendre, près de trois mois après.

A mettre dans le même lot, la décision de Jean-Marc Kabund, lundi 20 mars, de suspendre sa participation aux travaux du Centre interdiocésain.
La CENCO a annoncé la signature de ces arrangements particuliers à lundi 27 mars. Mais rien ne rassure actuellement que ce énième délai sera respecté, tant les principales divergences sont loin d’être aplanies.

Katz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat