Gouvernement Tshibala : des Congolais toujours sceptiques !

La plupart des Congolais n’espéraient pas mieux du gouvernement qui devait sortir des entrailles de Tshibala ou encore de Joseph Kabila. Pour certains, c’est un bis repetita de l’équipe Badibanga. Alors que d’autres évoquent une énième violation de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Hier, en début d’après-midi, la liste du nouveau gouvernement a été publiée à la télévision nationale. Sans surprise. Ce sont les mêmes visages qui reviennent dans les postes ministériels clefs. Sinon, certains ont été simplement permutés, hormis quelques têtes du Rassemblement de Kasa-Vubu, notamment Ingele Ifoto, Emery Okundji, Lumeya Du Malegi. La grande surprise dans cette équipe, c’est l’Udépésien Joseph Kapika qui occupe le ministère d’Etat en charge de l’Economie nationale.
Mais la chasse gardée de la Majorité présidentielle comme : Intérieur, Défense, Affaires étrangères, Justice ou encore les Mines gardent les mêmes personnes. L’autre problème de cette publication, c’est le nombre exagéré des mines, contrairement à ce qui a été décidé dans l’arrangement particulier. Ce qui pousse certains membres de l’opposition signataires de l’Accord du Centre interdiocésain à crier à la violation de l’Accord. « On a parlé de 54 ministres et non de 59. C’est une violation de l’arrangement particulier », réagi Jacques Lungwana du Front pour le respect de la Constitution.
Aux yeux des Congolais, par ailleurs, le nouveau gouvernement ne suscite pas d’enthousiasme. En tout cas pas pour « les masses grondantes » qui ont du mal à nouer les deux bouts, réagissent certains internautes qui ont le sentiment du déjà vu dans l’équipe Tshibala. « L’équation du général Jansens revue et corrigée : avant Tshibala = après Badibanga. », poste sur facebook un internaute. Comme pour dire que la configuration actuelle du gouvernement et la condition de nomination ne semblent pas être différentes de celle de Samy Badibanga. Ce gouvernement souffre quasiment du même problème de légitimité que le précédent. Car, il est publié en dehors de l’Accord conclu entre le pouvoir et l’opposition, particulièrement du Rassemblement de Limete.

Le défi
Le gouvernement ainsi publié va-t-il relever le principal défi, celui des élections ? Difficile de répondre par l’affirmatif. Car, l’absence de volonté très manifeste de la part de la Majorité présidentielle pour réellement aller aux élections en décembre 2017, ainsi que la lenteur prise dans le processus d’enrôlement des électeurs particulièrement dans le Kasaï central pourraient constituer des véritables freins à ce nouveau gouvernement. Avec un tel gouvernement, l’on a tendance à croire difficilement que les mêmes ministres qui n’ont pas réussi à débloquer les fonds pour organiser les élections dans le délai constitutionnel pourront cette fois-ci le faire avec un Accord politique que la MP a taillé sur mesure.

CN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat