La DCDHE salue les actions de Luzolo Bambi

Malgré ce réveil tardif, la Dynamique chrétienne pour la défense des droits humains et de l’Environnement (DCDHE) encourage la chasse aux auteurs de crime financier lancé par Luzolo Bambi, Conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption, le blanchissement des capitaux et le financement du terrorisme.

La DCDHE salue avec allégresse les informations faisant état d’arrestation de quelques hauts cadres de service de l’Etat, en l’occurrence le secrétaire général à l’Urbanisme et Habitat interpellé pour spoliation d’immeubles de l’État ; l’arrestation des messieurs Narcisse Lembo et Dido Ilembwa, respectivement Directeur général et Directeur adjoint de la Direction générale des recettes de Kinshasa (DGRK), les deux arrêtés depuis le mardi 12 décembre 2017 pour faux en écriture, corruption et détournement des biens publics évalués en millions de dollars.
Malgré ce réveil tardif, elle encourage le Conseiller spécial du chef de l’Etat pour cet acte de bravoure et de patriotisme en faisant la chasse aux auteurs de crimes financiers alors que le Trésor public congolais a besoin de l’argent pour répondre aux défis d’organiser des élections, d’améliorer la rémunération des agents de l’Etat et de consolider la sécurité nationale.
Evitant à ce stade de flouer les enquêtes par l’orthodoxie juridique sur la compétence du Conseiller Luzolo, la DCDHE encourage toute personne de se servir de l’article 6 du Code de procédure pénale de la RDC. Il s’agit d’un passage qui donne la qualité, en cas d’infraction en flagrance, de se saisir du présumé auteur et de le présenter devant les services compétents.
Ainsi, cette organisation d’appui à la démocratie demande-t-elle à toute la population congolaise de soutenir les actions de Luzolo et d’encourager la justice à traquer sans pitié ni détours ce qu’elle qualifie des « Kuluna en cravate » au même titre que les « Kuluna en machette », telle que dans l’opération « Likofi ».
Mais pour des raisons pédagogiques, elle demande qu’un procès public soit organisé et que leurs biens « sales » soient saisis.
Elle recommande en outre à Luzolo de collaborer avec les organisations de la société civile pour avoir plus d’informations possibles et de rendre sa mission légitime car, son combat contre les intérêts mesquins des gens puissants qui ont le pouvoir et l’argent de manipuler les ONG et les médias peuvent être salis, alors que la lutte contre la corruption et le détournement des deniers publics est l’unique moyen de rendre prospère notre pays.

Judith Asina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WhatsApp chat